ANGELO CAMPANELLA – PAIRE DE GRAVURES AQUARELLÉES – D’APRÈS MENG ET MARON –

Angelo Campanella (1746-1811).
Deux gravures d'après les relevés d'Anton Raphael Mengs et Anton von Maron (planches 4 et 2).
Gravures aquarellées.
Fin du XVIIIe siècle.

Hauteur 83 cm Longueur 92 cm

En 1777, une ancienne maison fut découverte à Rome sur la colline de l’Esquilin dans l'enceinte de la villa Negroni, ayant appartenu à l'empereur Antoninus Pius, révélant des salles ornées de fresques bien conservées. Cette découverte par le cavalier J.N. de Azara, ministre à Rome du roi Carlos III d’Espagne, a suscité une vive émotion. Il s’agissait de la première découverte de ce genre à Rome depuis les fouilles de Pompéi et d’Herculanum.

Le roi Carlos a chargé Anton Raphael Mengs (d.1790), son premier artiste romain de l'époque, de copier les fresques à des fins de publication par l'architecte Camillo Buti. Il a précisé que les copies devaient être réalisées avec la plus grande exactitude afin que l’on puisse se faire une idée du goût des anciens dans ce type de peinture mixte ornementale et figurative.

Anton Raphael Mengs a achevé les trois premiers tableaux et après son décès, les autres ont été exécutés par son beau-frère Anton von Maron.

Entre 1778 et 1802, Buti supervisa la production de douze estampes reproduisant les fresques. Les gravures furent exécutées par Angelo Campanella. Elles n'ont été que légèrement gravées dans le but que les impressions publiées soient fortement colorées à la main, dans les rouges, bleus et violets intenses décrits dans les récits contemporains. La mise en couleur fut réalisée par Buti.

Nous présentons les planches 4 et 2 des douze études des fresques murales de la Villa Negroni.

Lors de la vente de Christie's du 1er mai 1796 Sir John Soane, qui était alors à Rome a acheté 8 des plaques de Buti. Elles ont influencé l'architecture de sa propre maison londonienne à Lincoln Inn's Fields. Elles sont illustrées dans une gravure du salon de Soane réalisée en 1813 (voir H. Joyce, «Anciennes fresques de la villa Negroni», Art Bullitin, septembre 1983, p. 423-40).

Une série se trouve également dans les collections du Victoria & Albert Museum et une autre au British Museum.

In Portfolios