PENDULE À L’ÉTUDE – ROBERT ROBIN ET FRANÇOIS RÉMOND VERS 1790

Robert Robin horloger et François Rémond bronzier.
Pendule dite « à l’Étude »
Bronze doré, bronze patiné, marbre gris Saint-Anne et porcelaine.
Signée « Robin » sur le cadran.
Vers 1790.

H. 45 - L. 57 - l. 13 cm.

Cette pendule est dérivée du modèle dit « aux maréchaux » ou « à l’Etude » créé par le sculpteur Louis-Simon Boizot qui s’inspirait d’une première version réalisée pour Madame Geoffrin par Laurent Guiard. Le fondeur François Rémond en donna plusieurs interprétations dont celle-ci, pour la maison Robin. Elle diffère du modèle plus courant « aux maréchaux » car la femme et l’homme sont inversés sur le socle et soutiennent leur tête accentuant l’effet de concentration. Elle n’est pas surmontée d’un aigle comme de coutume mais d’un coq qui symbolise le travail mené dès l’aube.
Un modèle de pendule similaire, signée elle-aussi par Robin, comportant dans la partie basse la même frise de putti à l’étude dans différentes disciplines artistiques et scientifiques et provenant de la collection de Lady Juliet Duff, a été vendue en 1985 par Sotheby’s. Elle n’est pas surmontée par un coq mais une proue de bateau.
Robin Robert (1742-1799) fut l’un des horlogers favoris de la reine Marie-Antoinette : l’inventaire des pendules ayant appartenu à la Reine, dressé par la Commission temporaire des arts en 1794, indique que la moitié des pendules lui appartenant étaient de Robin. L’horloger de talent, reçu maître au jeune âge de vingt-cinq ans, se trouva, dès 1778, sous protection du roi et de son entourage, avec pour conséquence un succès auprès de la haute société parisienne, qui ira croissant jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Après le coup dur porté par la Révolution à ses affaires, il réussit à réunir une nouvelle clientèle et continue à travailler jusqu’à son décès en 1799 puis la reprise de l’entreprise par ses fils.
Notre pendule présente donc une rare variation d’un modèle qui connut un succès retentissant pendant plusieurs décennies.
Nous pouvons aussi noter que les deux motifs de victoires de part et d’autre de la frise se retrouvent, en porcelaine de Sèvres, sur la pendule réalisée par Robin et Thomire pour Marie-Antoinette portant le numéro d’inventaire GML-11352-000.

In Portfolios