LUSTRE PERSAN PAR GEOFFROY-DECHAUME – 1853

Adolphe Victor Geoffroy-Dechaume et Auguste-Maximilien Delafontaine.
Lustre « persan ».
Bronze doré et bronze argenté.
Vers 1853.

Hauteur 73 cm
Diamètre 68 cm

Lustre à huit bras de lumière aux motifs décoratifs d’inspiration orientale. Le fût du lustre reproduit la forme d’un brûle parfum ajouré auquel sont fixés les bras de lumières composés d’une frise de perles mêlée au corps d’un animal fantastique surmonté par une bobèche ajourée.
Le génie de Geoffroy-Dechaume et l’originalité des pièces qu’il a créées lui permirent de collaborer avec les plus grands orfèvres de son temps, tels que Froment-Meurice, Charles Wagner, Frédéric-Jules Rudolphi, Eugène Quesnel, les Susses et Auguste-Maximilien Delafontaine. Le nombre de ses études sur motif au musée du Louvre et ailleurs montrent la diversité de ses sources d’inspiration et un goût pour les figures féminines et animales qui lui permettent d’imaginer et créer des modèles d’objets d’orfèvrerie religieuse et civile.
Le bronzier Delafontaine a notamment exécuté des objets de goût persan d’après les modèles de Geoffroy-Dechaume, il a fait appel à l’artiste dès 1849 pour l’Exposition des produits de l’industrie où il présente un coffre à bijoux, des coupes et des vases de style persan d’après ses modèles. C’est ainsi que Geoffroy-Dechaume reçoit une médaille de première classe en qualité de sculpteur distingué dans la catégorie des collaborateurs à l’Exposition Universelle de 1855 pour des objets du même style. La créativité de Geoffroy-Dechaume réside dans sa capacité à décliner les motifs d’inspiration orientale sur divers objets, ce qui lie stylistiquement chacune de ses pièces.

Bibliographie : Laurence de Finance et Carole Lenfant, Dans l’intimité de l’atelier, Geoffroy-Dechaume (1816-1892) Sculpteur romantique, Paris : Cité de l’architecture et du patrimoine, éditions Honoré Clair, pp. 150-151.

In Portfolios